Columbia is4, première édition

Reportage de vos restaurations

Moderator: a4roues

Columbia is4, première édition

Postby a4roues » Sat Jan 22, 2011 10:33

Le mois de juillet était déjà italien avec la remise en état d’une Mantua 4. Le mois d’août fut aussi italien avec la rénovation d’une Columbia is4. Bonne lecture.

Voilà, j’ai trouvé la soeur de ma première voiture de piste. Les deux ont participé ensemble à quelques compétitions. Cette recherche n’était pas évidente car les Columbia is4 ont souvent été transformées en MK2 pour corriger logiquement les défauts de jeunesse. Cela commençait par des pièces modifiées définitivement : les sorties de diff renforcées (après l’ajout de bagues comme sur celle-ci), les bras inférieurs arrières renforcés car ils cassaient (non encore réinstallés sur celle-ci mais ils devraient bientôt l’être), le support de transmission intermédiaire en alu, la transmission par courroie, le sauve-servo sur roulement, le châssis et la platine en ergal, les amortos à volume constant, les excentriques de réglage de suspension en alu, les fusées arrières avec support d’aileron, les ressorts épingles remplacés par des cordes à piano, les fixation de roue avant par clip puis par attache rapide (comme à l’arrière) etc. Et… le réservoir. Il faut rappeler que le réservoir livré avec l’is4 était trop … petit : il ne faisait pas le maxi de la contenance réglementaire ! Défaut corrigé avec l’ajout d’une ‘bosse’ sur le côté. Mon objectif était non seulement de remettre en état cette voiture mais aussi de la rendre conforme à une is4 originale.

Voici les pièces changées par du neuf: pare choc avant, platine radio, colonnettes de platine radio, couronne, supports d'aileron arrière, barre antiroulis arrière, jantes/pneus avant, ressorts épingles pour la suspension, une partie de la visserie.
Quelques pièces qui ont passé près de 30 ans en sachet :

Image


Remplacement par d'autres pièces en meilleur état: arceau, pare choc arrière, ressort de bouchon de réservoir.

Remplacement de pièces MK2 par des pièces de Columbia is4: sauve servo et excentriques de réglage de dureté de suspension (nylon sur l'is4). Et d’autres pièces non SG : support d’aileron et résonateur.

Consommables utilisés : l’inévitable dégraissant surfex, le polish et le rénovateur de plastique Autoglym, le polytrol (après un petit coup de polisseuse sur le châssis), de l’abrasif 000 et 240, de la laine d’acier 000 (dommage que je n’avais pas moins fin vu l’oxyde du pod et du diff), de l’araldite, de la graisse pour le diff, de l’huile de ricin comme à la belle époque pour les amortos (n’en trouvant pas au supermarché, j’ai dû me expliquer à la pharmacienne le pourquoi du comment et elle a été charmante). Je passe sur les photos.

On ouvre le carton…
Image

Deux carrosseries neuves découpées et une peinte, superbe (elle a dû remporter des prix de la plus belle carrosserie à l’époque mais ça ne doit plus exister) mais trop abîmée.
Image

Image


La voiture est logiquement sale, a priori pas trop oxydée (on verra ci-après que ce n’est pas tout à fait juste) mais le réservoir est en mauvais état : ressort de bouchon mort, bouchon collé à la résine, une fixation manquante d’où un bricolage pour le fixer. On peut voir qu’un sauve servo de MK2 a été installé, des supports d’aileron de Siccom Puma en alu ont remplacé ceux d’origine, un résonateur Serpent a remplacé le ‘petit’ SG. Le moteur est un HP autrichien de couleur noire dont la culasse dorée s’accorde bien avec la couleur de l’epoxy mais a malheureusement un peu frotté.

Image

Image

Image

Image


Allez, trêve de bavardage, on passe aux choses sérieuses.

Phase ‘décontamination’. On commence par un bain, rinçage après spray au surfex et brossage.

Image


Un nettoyage de surface avant le démontage et le nettoyage de chaque pièce. Voici la ‘colombe’ sur la table d’opération.

Image


On commence par le moteur. Bloqué comme d’habitude par les huiles (vertes) durcies. Voici la base de départ :

Image

Image

Image

Image


La chambre de combustion est en mauvais état et a dû être polie (pas de photo finale):

Image

Image


Le résultat final, vu de l’extérieur car, je n’ai pas de photos des pièces nettoyées… Moteur débloqué au surfex, lubrifié au WD40, il affiche une superbe compression. Une ailette de culasse a dû être redressée. Le soufflet en caoutchouc du carburateur Cipolla était déchiré tellement le temps l’avait durci. Il a été remplacé par neuf tout souple (ouf, j’en ai trouvé un). L’embrayage est d’époque avec bague en caoutchouc autour de l’écrou du volant.

Image

Image


Pour la voiture, on va commencer par le train arrière. Quelques gros plans :

Image

Image

Image


La voiture n’était a priori pas trop oxydée. Ne pas se fier à la première impression… On regarde de plus près (pauvre différentiel…) :

Image

Image

Image

Image


Démontage (j’ai dû meuler deux vis BTR à tête fraisée à la Dremel car elles étaient bloquées) et dégraissage du diff :

Image

Image


Direction « l’atelier » de polissage pour le diff, la visserie (une partie sera quand même changée), le coude d’échappement, les axes de suspension… :

Image


Un premier passage du pod à l’abrasif 240 :

Image


Puis à laine d’acier :

Image


Et au polish :

Image


Châssis avant traitement:

Image


Châssis après traitement, un coup de polisseuse puis passage d’une couche de polytrol (pas parfait, mais les rayures sont bien estompées):

Image


On passe à la réparation du réservoir.
Le voici nettoyé et la résine fixant le bouchon doit être enlevée.

Image


Découpe d’une pièce en nylon blanc qui sera collée sur le réservoir où il manque une fixation :

Image


La « prothèse » de plus près :

Image


Et voilà le résultat final, réservoir installé plus tard sur la voiture, il est parfaitement opérationnel et la réparation est quasiment invisible (super car j’en ai un autre qui doit subir exactement la même réparation) :

Image

Image


J’accélère. Le diff a été rempli de graisse et les jolis amortos rouges remplis d’huile de ricin. Je peux commencer à remonter la voiture. Le train avant :

Image


Le train arrière :

Image


On voit la bague de renfort ajoutée sur la noix de cardan sinon cette pièce cassait fréquemment :

Image


Trains avant et arrière montés sur le châssis dont j’ai dû reboucher partiellement à la résine le trou du sauve servo, agrandi pour accueillir la version MK2 et pour rappel, sur la Columbia is4, la garde au sol se réglait à l’avant par une vis qui poussait la barre anti-roulis :

Image

Image

Image

Image


Pour le fun, est ce que certains se souviennent de cet accessoire pour monter les pneus sur les jantes. Ce cône était bien pratique !

Image

Image

Image


Montage de la platine radio neuve mais qui perdu par endroit sa couleur d’origine (le réservoir a été réparé à la fin des opérations en fait) :

Image


Le "shooting" final finale :

Image

Image

Image

Image

Image


Et pour le plaisir, la photo de famille avec ses deux petites sœurs, des MK2 avec quelques belles options.

Image


Enfin le bonus, une photo des premières fusées arrière porte aileron pour Columbia, fondues dans de l’alu et des copies d’amortisseurs pour remplacer les rouges d’origine (je ne me souviens plus qui les fabriquait, peut-être MM) :

Image


J’espère que vous avez apprécié le travail réalisé que ce soit sur la voiture ou pour réaliser ce reportage photos.

A bientôt sur les ondes.

a4roues
Retrouvez mes reportages sur http://a4roues.jimdo.com

a4roues@free.fr
a4roues
 
Posts: 175
Joined: Sat Feb 20, 2010 22:04

Re: Columbia is4, première édition

Postby denis40 » Sat Jan 22, 2011 15:45

bonjour ,
beau travail tant au niveau des reportages photos que du travail de restauration :mrgreen: !
denis40
denis40
 
Posts: 428
Joined: Wed Nov 26, 2008 11:30
Location: 40000 landes


Return to Atelier de restauration

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests

cron